Du cadre : Le château de compiègne
De Richard blessé à la cheville, qui arrivé à cloche pied pour "Cascade"
De l'improvisation de Jean-Louis sur "Ils cassent" au sujet de la télé réalité.



Gilles, le 2 Mai 2003

Ah! Il fallait le voir le p'tit père Jean-Louis remontant d'un pas alerte, et salué par les premiers arrivés du public, toute la place du Château déserte jusqu'à la scène afin d'assurer de tardives balances (il était environ 18h45). Pour sûr, j'aurai bien aimé immortaliser l'instant. Hélas, le temps de sortir l'appareil planqué au fond du sac, il était déjà trop tard et puis j'étais malheureusement un peu trop loin pour faire une photo intéressante. Dommage... :-(

Dieu merci, la météo a tenu bon. Parti sous un soleil radieux, j'arrivai à Compiègne vers 17h30 alors que de gros nuages noirs pointaient le bout de leur nez :-( . Après la pluie de confettis qui s'était abattue sur la ville alors que le défilé du couronnement de la reine du muguet venait de se terminer, c'était cette fois une pluie bien réelle qui faisait son apparition. En cet instant, voyant les gens courir s'abriter, le pire était à craindre : une météo peu clémente et un public plus enclin à rentrer chez lui qu'à envahir la place du château pour un concert d'Aubert. Heureusement, et malgré la menace perpétuelle des nuages, il ne fût plus question de pluie pour le restant de la soirée, et la température était suffisamment agréable pour ne pas décourager les plus frileux.

Comme à Amiens, les locataires étaient une nouvelle fois en force à Compiègne avec une bonne petite délégation parigo-normando-picardo-nordique [ chacun se reconnaîtra... ;-) ] Bien regroupée après un rassemblement au "Grand Café", c'est disséminé que nous nous installions près des barrières de l'un des accès à la place. L'occasion d'entendre les balances comme si on y était, avec entre autres "Univers" et surtout un bout de "Ashes to ashes" de Bowie. Come back 12-13 ans en arrière. Jean-Louis était l'invité de RFM (du temps où c'était bien...) et il devait faire la programmation musicale pendant 1 heure. Il avait choisi cette superbe chanson de Bowie expliquant que c'était l'une de ses préférées. Pour tout vous dire, j'ai également une tendresse particulière pour cette chanson qui est l'une des toutes premières que j'ai enregistré sur mon tout premier magnétophone à K7 qu'on m'avait offert pour ma communion ! :-) P'tain, j'avais 11-12 ans, ça me rajeunit pas ! :-) C'est dommage qu'il ne la joue pas en concert. Elle lui irait bien cette chanson...

Les balances ont dû durer 1 heure et je crois que l'envahissement de la place a débuté vers l9h45. Il y avait 2 points d'entrée : 1 latéralement en face le château où nous étions tous et 1 au début de la place. Pour chaque point d'entrée, les vigiles faisaient passer les gens alternativement sur 3 files, autant dire que les locs n'étaient pas pour une fois dans les tous premiers rangs, exceptées Laurence et Marie-Pierre [ j'ai toujours pas compris comment vous aviez fait les filles ! ;-) ]

Prévu pour débuter vers 20h30, le concert démarra en fait à 21h15. Mais je suis presque sûr que les organisateurs avaient des infos météo qui faisaient état d'une possibilité d'averse entre 20h30 et 21h00 car les bâches sont restées sur les claviers très longtemps. C'est sûr que s'il avait plu, il valait mieux attendre que l'averse passe. Bref, à 21h15 l'inévitable (en cette circonstance) représentant de la municipalité nous présente "Jean-Louis Aubert 'n' Ko" (?!). Pour un public de "concert gratuit" (donc pas forcément totalement acquis d'avance), autant démarrer par du solide d'entrée et c'est donc parti pour "Les plages" suivi de "Au coeur de la nuit". D'emblée le public répond présent : décidément sacré public picard ! :-) Jean-Louis est habillé tout en noir, avec un superbe blouson avec des bandes blanches. La nuit est presque tombée maintenant et il fait quand même un peu frais. De fait, Toma porte lui aussi un blouson bien fermé et Pierre a un col roulé. Plus tard Toma tombera le blouson, mais sur le petit numéro scénique de "Cascade" par exemple, Richard revêt une parka dès qu'il regagne le côté de la scène.

Les titres s'enchaînent : "Entends-moi", "Le jour se lève encore", "Alter ego", "L'essentiel", "Locataire". Ça bouge bien, le public connaît bien les chansons, y'a pas mal de fans quand même je pense. Quand on se retourne, on voit toute la place du château remplie : impressionnant ! Le château est illuminé, c'est du plus bel effet, et il y a d'ailleurs quelques privilégiés qui assistent au concert aux fenêtres. Répétée pendant les balances, Jean-Louis ne nous vole pas "Univers" et c'est très bien. Il le rejoue depuis quelques dates mais pour ma part, je ne l'ai plus entendu depuis le Glazart en juin dernier. Y'aura un petit cafouillage dans les paroles au début mais c'est pas grave. C'est marrant, je ne peux plus entendre cette chanson sans avoir dans la tête les choeurs des Nubians pendant le concert privé M6 : "Oui c'est en toi, oui c'est en toi...".

Jean-Louis annonce "Une chanson qu'on a jamais jouée avant sur la route" et sur ces derniers mots il en profite pour fredonner un petit bout du refrain du duo avec Raphaël : Malin le Jean-Louis ! :-) "Le jour s'est levé" donc.
Bon, j'vais pas le répéter 100 fois mais c'est quand même incroyable ce qui se passe sur cette chanson dès que le public entend les 1ères notes. Vraiment émouvant... Malheureusement pour Manu, David et moi, la chanson sera gachée par un type derrière nous qui chante faux. Grrrr... :-(((

Par rapport à la set list "habituelle", seules "Veille sur moi", "donne-moi une raison" et "L'amour" passeront à la trappe. Le pack "Milliers millions milliards - Argent trop cher - Juste une illusion - Temps à nouveau" est toujours d'une efficacité redoutable. Sur certains morceaux j'ai noté pas mal de petites évolutions comme un solo sur "L'essentiel" ou des roulements de tambour au début de "Commun accord". C'est clair les Olympias et l'enregistrement du live sont en ligne de mire. A moins que je me trompe, mais il me semble aussi que certaines projections en fond de scène ont changé. Par exemple sur "Alta Gracia" y'a un passage où on voit Jean-Louis avec des enfants que je remarque pour la première fois. Je crois pas que ça y était déjà avant. Si quelqu'un peut confirmer ou infirmer...

A la fin d' "Un autre monde", le groupe salue et pour éviter les bras des gens qui applaudissent, David et moi ont fait des photos en tenant nos appareils en l'air à bout bras. Ce que les vigiles remarquent [il était temps : le concert est presque fini ! ;-) ], et pris de zèle, l'un d'eux sur "Changer d'avis" monte sur une barrière pour essayer de nous localiser. Dos à la scène, il ne voit pas Jean-Louis qui commence à faire les gros yeux et qui s'arrête de chanter alors que la musique continue. Jean-Louis se penche et lui dit de dégager le plancher : MDR ! :o)))

"ça" sera l'occasion d'un joli, mais classique, petit duel de guitares entre Jean-Louis et Toma avec "Day tripper", "Are you gonna go my way" et "Satisfaction". Les vigiles sont déjà prêts à évacuer la place. Manifestement le concert aurait dû se terminer beaucoup plus tôt. Mais, alors qu'une partie du public réclame "Cendrillon" :-( , Jean-Louis revient tout de même exécuter au pas de charge un "Voilà c'est fini" qui du coup s'éternise beaucoup moins en longueur que d'habitude et qui par-là même s'avère beaucoup moins émouvant. Il est 23h30. Compiègne aura eu le droit à un très bon concert d'une durée de 2h15.

A peine le temps de prendre quelques jolies photos nocturnes du château illuminé, que David et moi perdons complètement de vue le gros des troupes locataires : c'est fou ça ! :-) Vous êtes passés où ? Tant pis, Marie-Pierre et Laurence me récupéreront un peu plus tard et on en restera là pour ce soir, non sans s'être souhaité une bonne route.

Pour terminer, une petite note touristique pour ceux qui voudraient revenir à Compiègne. Bien sûr il y a le château mais chaque année fin mars, il y a aussi un salon international des oeufs décorés qui est très réputé. A l'occasion n'hésitez pas à y aller, c'est vraiment sympa

Gilles


Marie-Pierre, le 2 Mai 2003

Afin de profiter de notre journée a Compiègne, nous arrivons vers 10h30 en ville, qui semble bien agitée avec ses centaines de vendeurs de muguet sur les trottoirs. Petit tour sur la place du château où tout le monde est en plein boulot, j'en profite pour passer devant la petite cabine de l'ingénieur du son pour savoir à quelle heure seront les balances, histoire de ne pas attendre trop longtemps l'arrivée du bus.

Une visite des jardins du château s'impose, un truc immense. Dommage pour la visite du château, il est fermé le 1er mai.

Petit repas rapide, ballade en ville où on croise Julie, et son copain, sa soeur, on essaye de regarder de loin le défilé de char de fleurs annoncé sur le net, il y a tellement de monde qu'on ne voit rien, on décide d'aller dans un musée et c'était fermé finalement on rentre dans une brasserie boire un verre.

Ensuite on se dirige vers le derrière de la place pour attendre le bus, et on rencontre d'autres locataires, dont Christophe, un locataire du coin pas très actif niveau écriture mais plutôt lecteur. Ensuite Lo nous rejoint. Le bus arrive enfin, un peu de retard mais bon... on ne va pas se plaindre quand même. A l'avant en "copilote" du chauffeur mlle Viviane, et derrière Jean-Louis qui semble en pleine forme et la petite équipe. Thomas et Pierre sortiront les premiers, ensuite Richard et Jean Louis. Richard nous fait un coucou, et Jean Louis vient nous saluer avec son grand sourire, et prend le temps de voir tout le monde.

Il regagne ensuite le reste de la troupe et va enfin prendre son déjeuner... à 17h30 environ dans le petit resto sur la place du château que j'avais conseillé dans mon dernier mail. Serait-on espionnés ???

Les ingénieurs du son commencent un peu les réglages en balançant de la bonne musique. On se met dans une file, qui finalement ne sera pas la bonne, faut changer d'endroit. Question organisation sur ce coup là c'était pas top. On arrive à se faufiler suite a un déplacement de foule pour remettre des barrières, et nous voilà dans les premiers, avec vue sur scène pour les balances, que demander de plus ? (Merci Christophe ;-) )

Jean-Louis a répété quelques trucs, les gens commençaient à chanter, c'était plutôt sympa. Vers 19h30, les grilles s'ouvrent enfin et on part squatter le premier rang en peu en décalé du micro. On retrouve Sylvie et sa fille, et Lo nous rejoint. On aperçoit d'autres locataires derrière qui n'arrivent pas à aller plus près.

On nous fait le discours habituel sur les photos, les journalistes pendant trois chansons viendront faire les leurs et la troisième chanson même pas finie, on les vire gentiment. Quant à mon appareil, seule Lo a vu la planque anti vigil, et je ressortais de temps en temps quand il n'y avait personne à l'horizon. J'ai failli me le faire confisquer avant que le concert commence car j'ai pris une photo du public venu nombreux... pffft.

Vers 21h, le soleil se couche tout juste derrière les gros bâtiments face scène. Il fait encore assez clair mais le concert commence. Jean-Louis arrive sur "les plages" en jogging noir avec bande blanche le long du bras et de la jambe, T-shirt noir avec logo blanc. Le public, très diversifié, qui semblait assez froid, a été vite chauffé et les titres s'enchaînaient sans perte d'ambiance.

Niveau set list, je n'ai pas une super mémoire (voir le cr de gilles y a toute la set list). Le concert était un peu raccourci par rapport à d'habitude mais je trouvais que c'était vraiment celui que j'ai préféré jusqu'à présent. "L'amour" a sauté de la set list hier soir mais on a eu le droit a une mini intro de "Sur la route" que les gens connaissaient bien apparemment car ils enchaînaient sur l'intro...

Moment de folie sur un petit bout de Lenny Kravitz (Are you gonna go my way) et des Stones (Satisfaction), où Jean-Louis faisait quelques mimiques.

Petites cascades pour Richard, qui nous fait les maracas de "Cascade" à cloche pied.

Le concert touche presque à sa fin alors que la sécu veut déjà nous faire partir. Et oh surprise pour eux , il revient pour "voilà c'est fini". Richard regarde la scène sous la petite tente protégeant l'équipe sur la droite de la scène.

Voilà c'est fini, étant sur place pour la nuit, je décide d'attendre un peu la sortie du groupe. On essaye de s'infiltrer discretos derrière, un gentil monsieur nous pointe sa lampe de poche et nous envoie un vigil armé d'un rottweiler. Pour un accueil, c'est un accueil. Je patiente encore un peu et vu que ça s'éternise un peu, je décide de rejoindre l'hôtel en saluant les derniers locs courageux.

Le Cr se terminera pour moi ce matin vers 9h30 quand nous sortons de l'hôtel.
J'aperçois le bus de Jean Louis sagement garé dans la petite rue, ils dormaient tous dans l'hôtel juste en face du mien. Je n'ai même pas entendu le bus arriver cette nuit. Pas de patience pour attendre le début d'après midi pour les voir en pleine forme, j'ai repris la route...

Rendez-vous à Douai dans 15 jours...
Marie Pierre


Laurence, le 3 mai

Effectivement c'est lui le roi !!!

Début d'après midi, me voilà partie sous une pluie battante, heureusement les conditions climatiques s'améliorent à mesure que j'approche de Compiègne (je sais désormais que mes incantations pour éloigner la pluie fonctionnent :-))

Grosse galère pour se garer pour cause de défilés, élection de Miss machin truc... Résultat : j'suis garée à perpette les bains :-(
Je retrouve Marie Pierre, Julie et sa soeur, Olivier ainsi que Christophe (qui lit beaucoup mais qui n'écrit jamais ;-))
Le bus n'est pas encore arrivé, quelques gouttes tombent mais rien de bien méchant (elles ont eu peur de mes incantations :-)))))

Muriel arrive en grognant un peu ;-), la place ressemble à un camp retranché barricadé de tous les côtés, elle a quelques difficultés à rejoindre son stand, mais je crois qu'elle a vite réglé ce problème :-)

Voilà le bus, brève apparition de Richard et de Pierre, Jean-Louis tout sourire viendra saluer tout le monde et signer quelques autographes. Manu arrive quelques secondes trop tard (ben alors Manu, fallait courir plus vite :-))

On décide d'aller boire un verre, sauf Marie Pierre et Christophe mais avant ça je bouge ma voiture parce que je ne sais pas dans quel état seront mes pieds après le concert :-)) et j'ai pas envie de faire des kms.

Je retrouve tout le monde au Grand Café, Gilles est arrivé, Kdo, Laetitia accompagnée de ? (Désolée j'ai oublié le prénom :-)) Les locataires sont bien représentés ;-)

Après quelques tours et détours, on s'aperçoit qu'il y a déjà beaucoup de monde qui attend à l'entrée de la place et on se retrouve tous éparpillés.
Marie Pierre et Christophe qui n'étaient pas venus avec nous sont devant et, m'ayant repéré, ils me font des grands signes pour que je les rejoigne, ce que je tente de faire avec quelques formules de politesse et quelques écrasement de pied au passage :-)) J'y parviens presque ;-)

Les balances se terminent, ça va ouvrir !!!!

Traversée de la place au pas de course mais Marie Pierre et Christophe (toujours eux et grand merci à eux :-)) m'ont gardé une place devant.

21h15 : le concert commence !

Jean-Louis en tenue noire plutôt sport et c'est parti : "Les plages" ; "Au coeur de la nuit" ; tout de suite ça bouge un max devant et le reste du concert sera dans la lignée. Une ambiance du tonnerre que je n'avais pas encore rencontré (mes pauvres pieds : j'ai bien fait de rapprocher ma voiture :-)))))))

Un public qui connaît les chansons et qui réagit au quart de tour, c'est génial. Un Jean-Louis en grande forme, on a le droit à "Univers" et quelques vannes sur les programmes de télé réalité du moment.

Gilles : "Jean-Louis annonce "Une chanson qu'on a jamais joué avant sur la route"..."Le jour s'est levé" donc. Bon, j'vais pas le répéter 100 fois mais c'est quand même incroyable ce qui se passe sur cette chanson dès que le public entend les 1ères notes. Vraiment émouvant..."

C'est vrai, je me suis également fait la réflexion, il y a toujours une grosse émotion à ce moment là. Nostalgie commune de leur dernière chanson ;-)

Gilles : "A la fin d'"Un autre monde", le groupe salue et pour éviter les bras des gens qui applaudissent, David et moi ont fait des photos en tenant nos appareils en l'air à bout bras. Ce que les vigiles remarquent [il était temps : le concert est presque fini ! ;-) ], et pris de zèle, l'un d'eux sur "Changer d'avis" monte sur une barrière pour essayer de nous localiser. Dos à la scène, il ne voit pas Jean- Louis qui commence à faire les gros yeux et qui s'arrête de chanter alors que la musique continue. Jean-Louis se penche et lui dit de dégager le plancher : MDR ! :o)))"

C'est donc à cause de vous que ce vigile est venu se planter devant notre nez :-)))
Tu es gentil quand tu dis que JL faisait les gros yeux, je peux te dire que, de près, il le fusillait du regard et il l'a effectivement viré vite fait, bien fait :-))))))))))))))
Très agressif d'ailleurs la sécurité, une jeune fille s'est fait "confisquer" son jetable sans avoir eu le temps de réagir.

Après "Ca", les vigiles s'installent devant les barrières en nous disant que le concert est terminé, on leur dit que non, ils nous disent que oui, bref, ils se grillent tous un peu quand JL revient pour "Voilà c'est fini".

23h30 : fin du concert, un très bon concert. Il est temps de rentrer, on se revoit bientôt.


Chris tof, le 5 mai.

Un peu de retard, pour la rédaction de ce CR, mais le week-end, à été chargé, pas une minute...
CR brut de fonderie, je n'ai pas encore eu le temps de lire les mails précédents..!
Donc aucune copie!

Arrivés dans la ville vers 15h30, nous n'avons pas loupé le défilé des fanfares, majorettes, chars dont certains animés par de charmantes créatures...( souvenir d'enfance avec mon papi et ma mamie de Haute-Savoie qui m'emmenaient toujours aux fêtes municipales, et à toutes les fanfares !!!)

J'étais venu pour profiter d'une grande fête, mais entre le défilé et le concert de JL le soir.....rien.

Alors, repérage des lieux, de la scène, des accès à la grande scène un peu bizarre, on rentre par ou ?

L'accès de la place du château est bouclé par des barrières et vigiles.

17H30 TOUJOURS PAS DE SONS !
Les balances n'ont toujours pas été faites!
18H30 Les balances commencent, très tardives...
Tout le monde peut en profiter sur le cote, mais l'accès à la scène est toujours bloqué pour le public.

(Il parait que le bus de la tournée était habité par JL la nuit précédente le concert ?, il aurait dormi sur place ? )

19H55....Ouverture et le champs est libre, çà court dans tous les sens !!!
Les premiers rangs ont été occupés par les locaux, les locataires ont eu du mal!!!

Enfin, moi, je ne suis pas venu seul, et j'ai ma petite Mélody à protéger (6 ans) alors je ne veux pas la traumatiser pour son tout premier concert de JL alors HOP, en retrait, en face de la scène, juste devant accoudé aux barrières nous séparant de la régie sons/lumières/effets.

Pour elle le temps dans ces conditions, est assez long, mais il faut apprendre à être patient...
Elle aurait pu, d'ailleurs s'infiltrer un peu partout, car elle avait en main un passe du concert que le responsable de la sécurité lui à offert !!!, mais trop petite, elle à dû rester à côté de son père et n'a pas pu en profiter !!!

21H10......le soleil s'est couché (il fait beau !!!)
sur les murs du château et les lumières de la scène apparaissent, et un commentateur annonce la venu de Jean Louis Aubert N' KO, (je ne savais pas que cette présentation était toujours d'actualité !!)
Une réponse ?

Et Vlam.........les plages
puis...je ne vais pas vous la faire dans le désordre, surtout que la set-list à dû déjà apparaître, mais j'ai dû gérer ma petite, un coup assis avec moi sur la barrière, un autre moment sur les épaules, un autre ...bref assez physique quand même !!!!

On à eu droit à "cascade", "ils cassent le monde", "le jour s'est levé", mais pas de "là", "l'amour" et celle que j'attendais pour ce concert : "Donne-moi une raison"... dommage.

Dans l'ensemble, bon équilibre dans la setlist, bon rythme. J'ai remarqué et félicité à la fin le technicien du son qui était particulièrement soigné.

A ce sujet, je suis assez surpris, sur le fait que Jean-Louis ne présente (pratiquement jamais, moi jamais entendu !) ces techniciens sons / lumières / effets et autres au cours ou à la fin de ces concerts. C'est dommage, je trouve...
C'est quand même grâce à eux que le confort auditif et visuel est assuré ! ( Cette réflexion à elle déjà été évoquée ? )

Set list + 1er rappel de 4 ou 5 titres + 2e rappel avec ce dernier titre exceptionnel : Voilà c'est fini !!

Fin 23H30

Agitation des services de sécu pour l'évacuation du devant de scène pour libérer l'espace pour le démontage. Petit débriefing, avec nos camarades LOCATAIRES (à ce sujet d'ailleurs, un superbe son sur ce titre ! E X C E L L E N T !!!)
Bon allez, je ne tarde pas, Mélody est un peu fatiguée..

à bientôt, sur la route tin-rin..........

Chris...tof

 

Photos Marie-Pierre, Laetitia et Gilles