Radio France

Mise à jour : Mercredi 11 août 2021

 
Capture maison de la radio
 



setlist

Début concert : 22h34
Fin concert : 00h18
Durée du concert : 01h44

 

01 - Plâtre et ciment (Déconfinement)
02 - Les plages
03 - New York avec toi
04 - Bien sûr
05 - Où me tourner
06 - Alter ego
07 - Au coeur de la nuit (1’10)
08 - Argent trop cher
09 - Le jour se lève encore
10 - Aussi loin
11 - Juste une illusion
12 - Puisses-tu
13 - Temps à nouveau
14 - Un autre monde

Rappel

15 - Ça c’est vraiment toi

Rappel acoustique

16 - La bombe humaine
17 - Voilà c’est fini

photo


photo photo


On se souvient


- Une journée pluvieuse. Le concert sera maintenu sur la Grande Scène de Pratgraussals, mais loin d'être complet (Environ 1700 sur les 3000 prévues par la jauge). Le masque n'est pas obligatoire, il y'a des gradins pour les places assises et le reste debout. Pas de pluie pendant le concert, sauf à la toute fin.

photo

Commentaires sur la page Facebook de Pause Guitare :
Quelques gouttes de pluie ne vont pas nous empêcher de passer une bonne soirée en compagnie de Feu! Chatterton et Jean-Louis Aubert !
🚫 Chaises / parapluies interdits
✅ Gourdes / Pique-niques autorisés
Prévoyez une tenue adaptée à la pluie (imperméable, bottes de pluie…)
Il reste des places.

- Contrôle des pass Sanitaires à l'entrée (Vaccin ou test PCR de moins de 48h00)

- Trou de mémoire de Jean-Louis pendant "Puisses-tu"

- Solo de Baptiste Brondy à la batterie pendant "Ca c'est vraiment toi"

- Prix des places : 47 euros

Place

- Presse : La dépêche du Midi du 13/07/2021 : "Pause Guitare : Feu ! Chatterton et Aubert montent le son"

- Internet : photos sur la page Facebook de Pause Guitare


recit du concert
Par Ingrid le 10 août 2021

Le concert a commencé bien longtemps avant le jour J. Nous avions prévu une petite escapade à Argelès avec mon mari. Quand est tombée l’annulation, j’avais déjà renoncé à voir pour cette fois la formation électrique de Jean-Louis. De fil en aiguille une petite étoile est arrivée, et m’a proposé un détour à Albi. Après tout pourquoi pas ?

Photo

J’avais un œil sur la météo depuis quelques jours, plus ça allait plus la pluie devenait menaçante. Vaille que vaille, imper, parapluie, et en route ! A la radio on entend « On the road again » plutôt bon signe, il faut dire que je n’ai pas vu JL depuis le Bataclan en 2019 en acoustique, et en électrique depuis Les Insus en 2017. L’acoustique n’étant pas trop ma cam, j’étais ravie de retrouver JLA avec sa guitare, électrique. Me souvenant de son passage express à Taratata avec son nouveau groupe, je dirais même que je trépignais. Une copine m’envoie un SMS elle me dit que je vais adorer !


Arrivées sur site aux environs de 15h30 après des trombes d’eau sur la route, pour un concert qui commence à 22h30, oui c’est tôt, ce n’est pas dans mes habitudes ;-), on remonte vers le site, on entend déjà les balances de Jean-Louis qui commencent (ah bah lui non plus il n’est pas en retard). On fait le tour du site pour essayer de trouver le meilleur angle pour apercevoir les balances rien, nada. Peine perdue, on se dirige vers l’entrée publique, et là personne ou presque, on a bien fait de venir aussi tôt, on a fait une affaire ! Enfin ce n’est pas grave, on est avec les copines, on rigole, au loin on entend les balances, et pour l’instant il ne pleut pas.

La scène
La scène avant, bien protégée de la pluie.

Les copines redescendent mon parapluie à la voiture, interdit sur site.
On s’approche, on discute avec des gentilles bénévoles, mais à un moment vu le peu de monde qui arrivait on s’est quand même demandé s’il n’y aurait pas plus de bénévoles au concert que du public lambda, entre le pass sanitaire, et la pluie il n’y a pas foule. Néanmoins, dès que quelqu’un essaye d’avancer devant, il est renvoyé dare-dare à la queue. Pas mal l’organisation ! Pendant les balances, on entendait des applaudissements entre chaque titre, c’était eux ! On apprendra d’ailleurs que JL est venu les voir juste après.


Je stresse un poil, comment va se passer l’arrivée à la barrière avec ma jambe qui traine, je compte sur les filles sportives pour me garder une petite place. Finalement personne ne coure, une aubaine ! Vérification du pass sanitaire, premier sas, puis direction la scène dans le calme et la bonne humeur.
Des gradins au loin et la barrière devant.
Premier rang ! On s’assoit, chouette !

Ce soir de 12 juillet c’est aussi le jour du énième discours de notre président, on passera outre, simplement étant curieuse de nature je garde un œil sur Twitter.
Pendant ce temps une averse titanesque arrive, il est 20h00 passé, nos voisins sortent les méga ponchos de rigueur, on rigole moins, quoiqu’on garde quand même le sourire tant que le concert est maintenu on fera avec.

Photo
Il pleut !

On se lève, la première partie commence à 21h00, « Feu Chatterton », le chanteur a un charisme de dingue il me plait bien il saute partout, la classe bien habillé, quelques chansons que j’aime bien, d’autres un peu trop molles à mon goût, dans l’ensemble ce n’était pas désagréable.

photo


A 22h34, le groupe arrive suivi de Jean-Louis en tenue de rocker, perfecto, bandana, et Trussart, ah, les affaires reprennent, j’avoue, j’ai triché, je m’étais promis de ne pas le faire, mais je suis allée voir les titres sur Internet lors du concert à Radio France en juin, « Plâtre et ciment » déconfinement, une belle idée de Jean-Louis, encore. Quel bonheur de l’entendre. Ce qui va suivre va être du même acabit, y compris « Bien sûr » que je n’aimais pas en version studio et qui me plait bien. Je vais sauter, bouger, chanter, et je ne vais pas arrêter de dire des gros mots. (Putain c’est trop bien !!!)
Le point d’orgue arrivera au moment du « Jour se lève encore », on était transcendées.
Tous les titres ont des supers arrangements, bien rock, ça va vite, c’est top !

photo


Arrive le titre que je n’ai pas vu sur le Net (au moins une surprise), « Aussi loin » un bon cru et surtout ils terminent à 3 tambours, à taper en rythme (Thomas, Jean-Louis et Aleks), ça tape, ça tape, la chanson se termine, Jean-Louis envoie ses baguettes vers nous 3, droit devant !!! Sur les 2, ma copine en chope une, moi je laisse tomber je cède à mon voisin. Les souvenirs seront dans la tête et un beau bleu sur mon bras gauche, que je devrais expliquer à mes collègues, ne vous inquiétez pas j’ai juste voulu attraper une baguette !


Aussi Loin, Jean-Louis au tambour


Le temps file vite, j’avais oublié mon gimmick d’avant, filmer entre les titres et pas forcément pendant les chansons (sauf les titres rares), car souvent entre les chansons ça déconne, ça rigole, dès le début Jean-Louis va parler du président, évidemment « A propos de Shatterton, Macron il a parlé que de ça, bonne chance à tous, plus de bisous pendant 20 ans…».
Le medley « Au cœur de la nuit » « Argent trop cher » est court (enfin c’est surtout « Au cœur de la nuit » que je d’adore qui est court).


Brève de comptoir à Albi - Plus de bisous pendant 20 ans !


Il y a quelques couacs pendant le concert, on se demande quand même si Jean-Louis n’a pas un problème, Il a un trou de mémoire pendant « Puisses-tu », rare, c’est Thomas qui rattrape les branches et chante à sa place. Alors que Sylvain prépare la Trussart de Jean-Louis pour « Un Autre Monde » finalement il garde son Epiphone avec Sylvain en attente du changement qui ne se fera pas. Effet Macron ? Effet Pluie ? Effet pas beaucoup de monde au concert ? Effet je ne peux plus faire de bisous ni ne câlin, ni de balades dans le public pendant le show. La question sera sans réponse, il n’y en a peut-être pas.

Photo
Baptiste Brondy - Batterie

Toujours pendant « Un Autre Monde » Jean-Louis fait un solo avec Thomas, et insère un tout petit titre de XTC « Making Plans For  Nigel »


XTC « Making Plans For Nigel »

Juste avant « Ca c’est vraiment toi », Jean-Louis joue les premières notes de « Cendrillon » en électrique, il insiste quand même un peu mais termine par « j’y arrive pas », il la jouera quelques jours plus tard à Sollies Pont, mais en acoustique cette fois.


Premiers accords de Cendrillon à la guitare électrique

Pendant « Ça c’est vraiment toi », un petit délire part entre JL et Thomas sur le nom du festival « Pause guitare », Jean-Louis dit stop à la pause guitare, et Thomas suggère une pause batterie, s’en suit alors un solo de Baptiste.


Pause guitares et pause batterie !

A la fin, le groupe salue, Jean-Louis fait semblant de tomber. Thomas, prend ça au sérieux (ou pas) il essaye de le rattraper (voir la photo), et Jean-louis se redresse et il rigole (mais qu’il est con ;-). Pas de balade dans le public, entre la pluie, le terrain boueux, l’espace et la grande scène, les gens debout devant, pas possible donc.
Pas de présentation des musiciens non plus comme il l’a souvent fait lors des précédentes tournées.

Photo
Jean-Louis fait semblant de tomber Thomas tend son bras pour le rattraper

Photo
Thomas hilare regarde Jean-Louis

Le concert se termine, court, mais intense, Jean-Louis attaque « La bombe humaine » c’est le public qui chante à sa place. Puis Voilà c’est fini, hélas joué en acoustique j’aurais tellement aimé l’entendre en version électrique avec son nouveau groupe et ses supers arrangements… d’ailleurs le ciel n’est pas content lui non plus (alors qu’il nous avait laissé tranquille pendant tout le concert), il proteste, il envoie à nouveau la pluie, qui ne cessera plus jusqu’à notre retour à la voiture, sympa pour un mois de novembre nous dit un festivalier qui redescend, j’aurai aimé dire au revoir et merci à Jean-Louis, pas cette fois.


La Bombe Humaine chantée par le public.


On traine un peu sur le site, on croise Baptiste et Aleks très sympas, l’occasion de leur dire merci et de les saluer d’un coup de coude. (Vont-ils se faire engueuler si on fait des accolades et des bisous…peut-être, la Covid est passée par là !).
Merci les copines (cœur/cœur/love comme on dit) et à nos amours pour avoir gardé les Schtroumpfettes !

Photo